TV BRUITS

Accueil > VIDEOS > VIDEOS DE TV BRUITS > Intervention de CRS sur une réquisition citoyenne

Intervention de CRS sur une réquisition citoyenne

mardi 20 août 2013, par Yaka

Attention : les films produits par Tv Bruits - et seulement ceux-ci - sont libres de droits pour diffusion dans un cadre non commercial et si nous en sommes avisés.

Communiqué de presse du collectif SDF- GPS- DAL Toulouse

Le Conseil Général ne respecte ni les lois ni les personnes !

Au lieu de se soucier des familles à la rue, le Conseil Général fait expulser illégalement un bâtiment dont il n’a pas besoin.

Depuis le mois d’avril, plusieurs dizaines de familles avec enfants à la rue et sans solution d’hébergement se sont mises à l’abri avec le soutien du collectif SDF31-GPS-DAL Toulouse en faisant des réquisitions citoyennes dans des bâtiments inutilisés depuis des années. Les décisions de « justice », toujours rendues par la même magistrate, ont été identiques : expulsion avec suppression du délai prévu par la loi ! (article L412-1 code des procédures civiles d’exécution)

Expulsables de la réquisition actuelle du 76 rue de la Colombette, ces personnes ont officialisé vendredi 18 août à 22h leur installation depuis le 13 août dans un nouveau lieu de vie. Le bâtiment situé en centre-ville au 10 rue J-P Blanchard et d’environ 500m2 appartient au Conseil Général et ne contient que des vieux meubles scolaires depuis une dizaine d’années.

Des preuves d’une occupation depuis plus de 48h ayant été communiquées aux forces de l’ordre venues constater l’occupation dès vendredi, l’expulsion ne pouvait pas être envisagée légalement sans procédure judiciaire . Pourtant, sous la pression du conseil général, huit camions de CRS et deux voitures de police prévus à Toulouse pour assurer la sécurité d’un match de football sont arrivés sur les lieux. Sans aucun avertissement ni explication, les forces de l’ordre ont inutilement défoncé la porte latérale pour entrer dans le bâtiment : sentant l’expulsion imminente, les militants avaient quitté le bâtiment et laissé la porte principale ouverte !

Les militants constatent que « des propriétaires privés sont plus sensibles au sort des familles que certains élus socialistes qui se permettent des expulsions illégales alors qu’ils sont responsables de l’hébergement des enfants. »

Tant que les lois DALO, de réquisition et de lutte contre les exclusions ne seront pas appliquées, le collectif continuera la lutte !!!

D’autres vidéos sur la campagne de réquistion à Toulouse

Réquisition de batiments vides à Toulouse (1) Avril 2013

Réquisition de bâtiments vides à Toulouse (2) Avril 2013 - Un autre étage réquisitionné au 1 rue Delpech

Réquisition de logements vides à Toulouse - épisode 3

Laisser un message, un commentaire...

2 commentaires
  • j’ai..... 25 août 2013 20:25, par boutrand

    j’ai honte d’être toulousain aujourd’hui,
    la "métropole" se la joue "mégalopole" parisienne où le soucie de l’argent déborde sur le vivant.
    Soyons vigilant et non trop lent à réagir sur le terrain et j’en appelle au élu de faire respecter la loi civique !!!

    Voir en ligne : http://jerome.boutrand.over-blog.com

    Répondre

  • Communiqué de presse – Lundi 26 Août 2013

    Des familles à la rue demandent un toit et appellent à une large mobilisation

    Alors que les expulsions et les fins de prise en charge d’hébergement n’ont pas pris de vacances, des familles à la rue, le collectif SDF 31, le DAL Toulouse et le Groupement Pour la défense du travail Social dénoncent le non-respect des lois liées au logement, à l’exclusion et le non respect de la circulaire du 26 octobre 2012. Depuis ce matin, ils sont présents devant le PAIO au 76 rue Adolph Coll pour demander des solutions et rencontrer le directeur, les usagers et les travailleurs sociaux.

    Engagés depuis avril 2013 dans une campagne de réquisitions citoyennes, 20 familles (39 adultes et 23 enfants) soutenues par les collectifs ont déjà connu de nombreuses adresses et sont expulsables du 76 rue de la Colombette depuis le 2 août. Les locaux visés appartiennent à l’Etat, des collectivités locales ou des foncières immobilières importantes.
    Toutes les familles effectuent leurs démarches administratives et demandent une solution d’hébergement : Appel quotidien au 115, rendez-vous au Pôle d’Accueil d’Information et d’Orientation, au Service Intégré d’Accueil et d’Orientation ou encore au sein de maisons des solidarités. Beaucoup d’entre elles ont été reconnues « prioritaires DALO/DAHO » mais aucune solution ne leur est proposée. Elles n’ont donc pas d’autres choix que d’ouvrir des bâtiments inutilisés pour se mettre à l’abri.

    Pire, contrairement à ce qu’exige la circulaire du 26 octobre 2012 relative à l’application de la loi du 5 mars 2007 instituant le Droit Au Logement Opposable, la préfecture s’apprête une fois de plus à expulser des ménages reconnus prioritaires. La DGCS et la DHUP ont pourtant confirmé que la circulaire doit bien s’appliquer à tous les ménages reconnus prioritaires, et pas uniquement à ceux menacés d’expulsion locative1. Dès lors, les 3 nuits d’hôtel proposées fréquemment par la préfecture lors des expulsions ne peuvent être considérées comme satisfaisantes.

    C’est pourquoi les familles et les militants ont décidé de manifester aujourd’hui leur mécontentement et leur détermination devant la permanence du PAIO qui est un dispositif social où les personnes sans-abri viennent rencontrer des assistant-e-s sociales pour engager des démarches administratives notamment pour trouver des solutions d’hébergement. Les travailleurs sociaux du P.A.I.O, rattachés au Centre Communal d’Action Sociale, reçoivent énormément de personnes durant les permanences sans rendez-vous du lundi et jeudi matin mais ne peuvent pas pallier aux manques de moyens mobilisés par l’Etat et les collectivités locales.

    Pour les militants, cette action constitue une invitation aux usagers du PAIO et aux travailleurs sociaux à se mobiliser pour interpeller les pouvoirs publics et obtenir des moyens permettant l’application des lois relatives au logement et à l’exclusion.
    Tant que les lois ne seront pas appliquées, le collectif continuera la lutte.

    Les familles de la réquisition Colombette, le GPS, le DAL Toulouse et le collectif SDF31

    Répondre



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | Espace privé | nous contacter | SPIP | squelette par JLG |