"Rita" un poème de Mahmoud Darwich chanté et mis en musique par Marcel Khalifa

dimanche 17 août 2008 dans EXTERIEUR A TV BRUITS


C’était à Jérusalem lors d’un festival, en ?
Et des enfants qui s’endormaient dans les bras de leurs parents ?
Bercés par la douceur de cette musique.
Dans laquelle se tenait un fusil ?

Rita

Entre Rita et mes yeux : un fusil
Et celui qui connaît Rita se prosterne
Adresse une prière
A la divinité qui rayonne dans ses yeux de miel

Moi, j’ai embrassé Rita
Quand elle était petite
Je me rappelle comment elle se colla contre moi
Et de sa plus belle tresse couvrit mon bras
Je me rappelle Rita
Ainsi qu’un moineau se rappelle son étang
Ah Rita
Entre nous, mille oiseaux mille images
D’innombrables rendez-vous
Criblés de balles.

Le nom de Rita prenait dans ma bouche un goût de fête
Dans mon sang le corps de Rita était célébration de noces
Deux ans durant, elle a dormi sur mon bras
Nous prêtâmes serment autour du plus beau calice
Et nous brulâmes
Dans le vin des lèvres
Et ressuscitâmes

Ah Rita
Qu’est-ce qui a pu éloigner mes yeux des tiens
Hormis le sommeil
Et les nuages de miel
Avant que ce fusil ne s’interpose entre nous

Il était une fois
Ô silence du crépuscule
Au matin, ma lune a émigré, loin
Dans les yeux couleur de miel
La ville
A balayé tous les aèdes, et Rita
Entre Rita et mes yeux, un fusil.

"Rita", 12’... chanté et mis en musique par Marcel Khalifa

Commenter

3 commentaires

Sur le même thème

Le café de l’ESU 2017 vendredi
mercredi 23 août 2017
Il y a 50 ans... Emmaus Palestine
samedi 1er juillet 2017
FREAX, magazine culturel
mardi 13 juin 2017