Grève à l’Hopital Marchant

jeudi 28 octobre 2010 , par mathieu dans VIDEOS DE TV BRUITS


Depuis le 18 octobre les salariés en grève de l’Hopital Marchant à Toulouse occupent jour et nuit l’entrée de l’établissement, route d’Espagne en face de l’ancien site AZF. Ils dénoncent un manque d’effectif qui pèse sur les cadences du personnel et la qualité des soins, et se joignent au mouvement national contre le projet de loi Woerth sur les retraites.

Ils recoivent le soutien de nombreux passants, la tente est bien visible à l’entrée de Toulouse. La tente est un espace de discussion. On se réchauffe autour de boissons chaudes et de patisseries. Jeudi c’était soirée paëlla et samedi un concert rock egaillait le trottoir !
N’hésitez à venir les soutenir !

Hopital_Marchant

Commenter

3 commentaires

  • la Teigne : http://teigne.musicblog.fr/ jouera le mardi 2 novembre prochain sur le piquet de grève de l’hôpital Marchant, en soutien aux salarié(e)s.

    C’est vers 19h, pour l’apéro, et en acoustique…

    L’hôpital psychiatrique Marchant est situé sur la RN20, à la sortie de Toulouse.

    Qu’on se le dise !

    Les revendications des salarié(e)s
    - Protester contre le manque de personnel.
    CFDT-CGT-FO-SUD et non syndiqués sont à l’initiative de cette action. Ce qui a mis le feu aux poudres sur l’hosto, c’est la décision autoritaire de la direction de palier le manque de personnel infirmier (sept infirmier-e-s manquantes sur dix dans l’unité long séjour, une unité semi-privée dont le prix mensuel pour chaque patient se monte à près de 2000 euros) en piochant un infirmier par quinzaine dans les autres services. Si il y a sur l’hosto une habitude de palier aux absences (ce qu’on appelle “les renforts”), il s’agit là de la tentative de gestion d’une pénurie chronique.

    - Le ras le bol de tous qui est à l’origine de cette action. Ce qui se passe dans les services de soins se décline de la même façon dans tous les services, ce dont témoignent tous les personnels (soignants et non-soignants) qui passent à la tente : épuisement professionnel, perte du sens du travail, pénibilité des tâches, etc.

    - La direction organise la pénurie d’infirmiers (refus de recrutement alors que les postes sont vacants) pour supprimer des postes de fonctionnaires ou les transformer en postes d’aide-soignants, moins bien payés.

    Répondre

Sur le même thème

De l’eau dans le gazoil
vendredi 9 juin 2017
Douce France
jeudi 22 septembre 2016