TV BRUITS

Accueil > VIDEOS > EXTERIEUR A TV BRUITS > Carte blanche à l’association J’OUVRE l’OEIL

Carte blanche à l’association J’OUVRE l’OEIL

dimanche 10 février 2008

Attention : les films de cette rubrique ne peuvent être reproduits ailleurs qu'avec l'autorisation de leur(s) auteur(s).

Carte Blanche à l’association J’ouvre l’oeil. L’association J.O.E. ( J’Ouvre l’oeil ) a pour objectif principal la vidéo en tant que support éducatif et la mise en valeur des publics en difficulté, par le biais de reportages, documentaires, etc.

Association J’Ouvre l’œil (J.O.E.)
5 rue Cany 31300 Toulouse
associationj.o.e@tele2.fr

Filles et garçons, paroles d’ados

Les rumeurs, les interdits, les stéréotypes de genre, tout autant que le poids des identités culturelles pèsent sur les relations entre les filles et les garçons, principalement au détriment des fille, mais aussi des garçons prisonniers d’une certaine "culture de quartier".

Voir le film Filles et garçons, Parole d’ados en real media - 33’

Parole d’ados

Ce document montre à travers les entretiens croisés de jeunes filles et de jeunes garçons d’origine maghrébine du quartier de Bagatelle à Toulouse, les régles implicites, la division sexuée des espaces public et privé, l’importance de la culture familiale et les rapports personnels et affectifs avec l’autre sexe.

Documentaire du journal de Bagatelle " Divers-Cités"

2003

réalisé par l’Association Socio-Educative de Bagatelle, Samba Résille, J’Ouvre l’oeil et la collaboration des jeunes de Bagatelle.

Le travail : un carrefour d’emba(û)ches

Réalisation : Louis-Michel Salles, association J’Ouvre l’oeil

Partenaires : Association socio-Educative de Bagatelle, d’Empalot, sociologues Horia KABABZA et Hasnia MOQRAN, Fonds Social Européen

Voir le film en real media - 46 minutes

Le travail : un carrefour d’embauches

Même si certains prônent " la fin du travail " comme une valeur, pour d’autres l’accés à l’emploi joue un rôle essentiel dans la construction de l’avenir.
Or, une difficile insertion sur le marché du travail reste le lot d’un bon nombre de jeunes, pour qui travail est souvent synonyme de précarités, stages, et autres petits boulots...

Dans ce film, deux groupes de jeunes toulousain-e-s des quartiers de Bagatelle et d’Empalot s’interrogent sur "l’égalité des chances", et nous livrent leur réflexion individuelle et collective. On y découvre les différentes facettes de leur rapport à l’emploi. Ainsi, au fil des entretiens, ils/elles racontent l’influence de leur famille, l’importance de l’école, les difficultés rencontrées qui mettent en avant les discriminations raciales ou de sexe. Sans oublier leurs représentations du travail, du chômage, et leurs stratégies pour " réussir ".

Grâce à ces témoignages où des jeunes filles et garçons se livrent sans fard, ce film interroge la société française en prise avec ses contradictions. Il révèle les inégalités persistantes qui touchent de plein fouet une partie de la population. Et donne à voir malgré les " embûches ", la détermination de ces jeunes à avoir toute leur place dans notre société.

Laisser un message, un commentaire...

2 commentaires
  • Bonne apÔtre je me targe des moments de raison de cet mission, car elle pose & propose trois grands principes fonciers  :

    .

    _quel est justement foncièrement l’axe des mâles ouïe, où se définira à deux mains le changement mains tenant au jour d’ouïe ?

    .

    _quel sont les moyens d’éecologies donnés par maïeutique à nos facultées de libérer nos quartiers ?

    .

    _quel socle pour assoire les primaires de ces éecologies dans la relativité des grâces spéculatives connues & refoulées de nos imaginaires politique dans l’éeducation coutumières des ces héeriTages ?

    .

    Répondre

  • ¤J’voudrais être architecte d’intèrieur, mais FONCIEREMENT là, j’le suis depuis toujours, le maïl c’est aussi le fil au bout du bout de la navette dans la MACHINE à HABITER où j’ai grandie à ce grand métier à MéTISSéE donc, déjà j’suis pas juste bobo tralala grainerie & compagnies §  !

    ¤

    ¤ J’suis réelle & éecologique tu vois, & j’suis pas dupe d’la socièté du spéctacle bling-bling des arsenales universitaires ! & des écoles privées pour bonnes-filles ! & les associations à la langue de bois pour mettre les fille/fils à papa à la bonne ! J’mange pas d’ce pain là, j’sais qu’le pas, le bon : c’est seule & en grande, ensemble qu’on l’faira .

    ¤

    ¤FONCIEREMENT d’intérieure on naît levée sur le terrain sans se voiler la face aux difficultées d’la vie collective, tu crois quoi ! QU’on rêve d’une maison d’paille de chez bobhOllande ! Même la planête Mars on connaît à voire la gueule cassé des frangins, alors FONCIEREMENT, me ramène pas avec çà d’la spéculation à tartiner, j’péfère les ch’ti Spéculos à la canelle !

    ¤

    ¤ J’me pose là, j’sais qu’c’est une page de l’avenir où y’aura rien d’écrit & tout à faire alors si on fait eécole là, même : l’Amérique est à nos pieds du moment qu’on marque nôtre fabrique tu comprends,Ô, c’est pas hollywood, c’est mieux là, même ?

    ¤

    ¤La petite fille dans la prairie c’est cendrillon avec ses chiens dans son camion au bord de la bretelle d’autoroute, moi d’la route depuis petite j’en est fait mille foi plus ! La rue qu’est à nous : çà veux dire quoi Ô !? Tu connaî ta rue et alors !? Tu connaît même pas son histoire ? Qui l’a contruite ta rue ?! Sois franche tu t’en fout ! Tu joue à quoi, hein ? Aux indiens, là, tu vois même pas les indiennes Ô, tu vois juste le tipi sur leur tête, là, juste un bout de tissu, là, & pas leur visage rouge avec aux yeux les lumières d’enfants des pays du réchauffement climatique qui a fait qu’y a lontemps déjà on l’avait faite, la civilisation !

    ¤

    ¤De mon quartier là, çà, l’cologie Ô !

    Répondre



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | Espace privé | nous contacter | SPIP | squelette par JLG |