PUERTO ARENA (VO)

jeudi 6 décembre 2007 dans EXTERIEUR A TV BRUITS


UN DOCUMENTAL SOBRE DE GABRIEL CARUANA ET FERNANDA LUQUEZ

« …être présent pour être conscient qu’il y a une pulsation précise,
qu’est le rythme de la nature et que si l’humanité ne l’écoute pas
elle risque de disparaitre… »

Fausto Marañon

Le 26, 27 et 28 de avril 2002 le sculpteur Fausto Marañon, durant trois jours de pleine lune, réalise une intervention artistique au milieu de la nature, dans le désert nommé Altos Limpios (Les Hauteurs Propres),
région aride de l’ouest de l’Argentine au pied de la Cordillère des Andes.

Voir le film au format Real Média 31’48

Puerta Arena (VO)

La relation de l’artiste avec la nature est constante. Des interventions similaires se sont déroulées dans d’autres milieux naturels, par exemple au Lac du Diamant (Laguna del Diamante) et le cite des Longues Montagnes (Divisadero Largo). Fausto Marañon a réussi à sortir des circuits conventionnels (comme les galeries, les centres culturels, les universités), en proposant des nouvelles conceptions de connexions existantes entre l’auteur, l’oeuvre, le moyen et le spectateur (témoin). Dans cette exposition l’auteur a mis en place des miradors lunaires pensés pour être montés en plein air. De cette façon quand la lune sort elle fait le parcourt des espaces internes des sculptures arrivant à la parti centrale où elle se pose dans un cercle et se transforme en la tête d’une femme qui est gravée sur la sculpture. Cette femme, moitié lézard, moitié procréatrice,
avec ses gros seins s’éclipse avec la pleine lune.

Son oeuvre est zoomorphique et totémique. Les cactus, les reptiles, l’agreste, la végétation xérophile, le ciel, la lune et le soleil avec leur lumière spectrale sont les éléments basiques qui constituent son oeuvre. L’austérité se mélange avec divers graphismes et hiéroglyphes qui nous remontent en d’autres temps et nous rendent les objets de méditation et rites des ancestrales cultures du continent américain. Les lacérations colorées et les formes qui dynamisent les surfaces sont au service d’ une conception qui veut fusionner le passé avec le futur. L’artiste mélange des matériaux tels que la céramique, patines, bronze, résine polyester et divers oxydes.

Fernanda LUQUEZ

Contact Fernanda LUQUEZ

Commenter

Sur le même thème

POTLATCH 2 "Singe de feu"
jeudi 25 février 2016
We are winning don’t forget
mercredi 18 novembre 2015
Ecuador : la forêt empoisonnée
mercredi 7 octobre 2015
Maman va à la danse
jeudi 1er octobre 2015