TV BRUITS

Accueil > VIDEOS > VIDEOS DE TV BRUITS > Procès "16 allées des demoiselles"

Procès "16 allées des demoiselles"

9 decembre 2011

samedi 10 décembre 2011, par mathieu

Attention : les films produits par Tv Bruits - et seulement ceux-ci - sont libres de droits pour diffusion dans un cadre non commercial et si nous en sommes avisés.

Depuis début novembre un immeuble de trois étages est ouvert 16 allées des demoiselles, cinq familles, dont dix enfants, y occupent désormais chacune un appartement.

Vendredi 9 décembre 2011 le Tribunal doit délibérer sur l’expulsion de ces familles.
Mais ce jour-là la décision est reportée au 16 décembre.

Le CREA (Collectif pour la Réquisition, l’Entraide et l’Autogestion)

Soutien 16 allees demoiselles

Communiqué de presse du 6 décembre 2011, Toulouse.

NOUS REQUISITIONNONS DES LOGEMENTS VIDES POUR Y HEBERGER DES FAMILLES AVEC ENFANTS DORMANT A LA RUE.

Comme chaque hiver, de nombreuses personnes sont contraintes de dormir là où elles se trouvent : à la rue. Certaines d’entre elles ne survivront pas à la violence de cette condition. Et pourtant, selon les derniers chiffres de l’INSEE, cet hiver encore 27 000 logements resteront inoccupés dans le Grand Toulouse.

Face à ce constat, des toulousaines et des toulousains se sont réunis pour agir. Nous n’attendons pas que les politiques, trop occupés à papillonner de cocktails en cocktails, se décident à remplir leurs fonctions. Nous passons outre la loi et réquisitionnons des logements, vacants depuis trop longtemps, pour y héberger en priorité des familles avec enfants, sans abris. Dans cette dynamique, nous avons ouvert début novembre un immeuble de trois étages, vide depuis plus de trois ans, au 16 allées des Demoiselles. Cinq familles, dont dix enfants, y occupent désormais chacune un appartement. D’autres ouvertures viendront, d’autres familles passeront l’hiver à l’abri et au chaud.

La « trêve hivernale » ne s’appliquant pas dans le cas de logements réquisitionnés, nous demeurons expulsables d’un jour à l’autre et entendons défendre la pertinence de notre engagement jusqu’au bout. Enfin, nous n’oublions pas que ces logements ont été construits par des travailleurs souvent trop précaires pour pouvoir en bénéficier.
Pour qu’il n’y ait plus d’enfants à la rue cet hiver, rejoignez la campagne Zéro Enfant à la Rue, en apportant votre aide temporelle, matérielle ou financière.

Rassemblement de soutien le vendredi 9 décembre à 9h au Tribunal d’Instance de Toulouse, 40 Avenue Camille Pujol.

(Procès du 16 allées des Demoiselles).

Le CREA (Collectif pour la Réquisition, l’Entraide et l’Autogestion)

Le collectif Zéro Enfant à la Rue

Les familles et les sympathisants

http://crea-csa.overblog.com - creatoulouse@gmail.com

VOIR AUSSI LA VIDEO réalisée par Julia et Amélie sur le GPS (Groupement Pour la défense du travail social), rue goudouli à Toulouse dans le même quartier article 1721

Laisser un message, un commentaire...

3 commentaires
  • COMMUNIQUE DU CREA - ZERO ENFANT A LA RUE 15 décembre 2011 17:58, par TVBruits

    Communiqué de presse du 9 décembre 2011 suite à l’audience devant le tribunal
    d’instance de Toulouse

    Le Vendredi 9 décembre 2011, l’Association pour la Réquisition, l’Entraide et l’Autogestion,
    un membre de la campagne 0 enfants à la rue et les familles ont été assigné devant le
    tribunal d’instance de Toulouse. Leur tort : occuper un immeuble vide depuis quatre ans
    appartenant à une société civile immobilière, dirigée par un homme d’affaire, également
    dirigeant de plus de 20 sociétés à Toulouse.

    Cet immeuble a été réquisitionné le 31 octobre 2011 dans le cadre de la campagne 0
    enfants à la rue afin que des familles, forcées de vivre à la rue, aient un logement digne et
    qu’elles puissent reprendre leur vie et main et décider, elles-mêmes, de leur avenir.
    Pour justifier la demande d’expulsion, le cynisme et le ridicule étaient au rendez-vous. Il
    serait urgent, selon l’avocat du propriétaire, de remettre les familles à la rue pour leur
    propre sécurité, l’immeuble serait impropre à l’habitation. En tout état de cause, il faut
    selon les propriétaires, libérer les lieux pour débuter des travaux de grande envergure :
    changer quelques tuiles sur le toit pour le rendre conforme au paysage urbain : le noir
    serait impropre à l’image panoramique du quartier, seul le rouge serait acceptable.
    Mais, comme dans la plupart de ces procès, le dossier était vide du côté du propriétaire.
    Par contre, les assignés disposaient d’un dossier solide pour faire échec à cette procédure
    injuste et inhumaine. Contrairement à ce que véhiculent les préjugés sur les « squats »,
    cette réquisition est à l’opposé de l’image fantasmagorique selon laquelle les squats sont
    des lieux désorganisés , insalubres, nuisibles et surtout dangereux pour les « honnêtes
    gens ».

    Comme dans toute réquisition, dès leur arrivée sur les lieux, le Collectif pour la
    Réquisition, l’Entraide et l’Autogestion, les membres de la campagne 0 enfants à la rue et
    les familles ont pris toutes les précautions nécessaires pour que les enfants puissent vivre
    dans un logement ne comportant aucun risque pour leurs vies. Contrairement à l’Etat, ces
    femmes et ces hommes ont le sens des responsabilités : des artisans, des chauffagistes,
    des plombiers...ont vérifé intégralement les infrastructures de l’immeuble (chaufferies à
    gaz, conduits d’eau et de gaz, réseaux électriques,...) pour s’assurer que les familles et les
    enfants n’encouraient aucun risque pour leur santé et leur vie.
    Cette réquisition offre alors aux familles et aux enfants toutes les conditions nécessaires
    pour vivre dignement.

    Chaque famille dispose d’un logement adapté à leurs besoins, d’une cuisine et d’une salle
    de bains. Les enfants ont aussi, grâce à l’entraide des enfants du centre social autogéré,
    des voisins et des sympathisants de la campagne 0 enfants à la rue, une salle de jeux où
    ils peuvent se rencontrer, jouer et s’épanouir. En outre, les familles du 16 allée des
    Demoiselles ont accès à toutes les activités éducatives et culturelles qui se déroulent au
    centre social autogéré (70, allée des Demoiselles) pour qu’elles puissent souffler et
    reprendre leurs vies en mains : suivre des cours d’alphabétisation, participer aux ateliers
    artistiques et éducatifs....

    Dans l’attente de la décision du tribunal d’instance qui sera rendue le 16 décembre
    prochain, les juges doivent trancher entre deux façons de vivre ensemble.
    Soit mettre en avant la toute suprématie de la propriété exclusive des individus et de l’Etat
    sur nos espaces vitaux en estimant qu’un immeuble d’habitation laissé vide depuis
    plusieurs années soit détourné de sa fonction d’habitation, et qu’il ne soit qu’un instrument
    de spéculation, à savoir qu’il peut faire l’objet d’un pari, que sa valeur s’envole et que les
    travailleurs et précaires, qui ont pourtant construit intégralement ces bâtiments, ne
    puissent y avoir accès pour leur vie et celle de leurs enfants.
    Soit tempérer ce droit « tout puissant » en se rappelant que la solidarité et la dignité
    humaine sont des valeurs essentielles pour nos vies et notre société.
    Ce sont en effet ces valeurs qui donnent le droit, en dehors de tout titre, à des personnes
    d’occuper le bien d’autrui pour sauvegarder sa vie, à des juges de reporter dans le temps
    une expulsion tant qu’une solution viable ne soit proposée aux occupants, à ce que l’Etat
    soit contraint de loger des personnes bénéficiant du droit au logement....
    C’est en ce sens que le C.R.E.A., les membres de la campagne 0 enfants à la rue et les
    familles souhaitent que les juges orientent leurs décisions : la propriété ne peut l’emporter
    sur nos vies et notre dignité vaut beaucoup plus que leurs profits !
    Nous exigeons donc que les familles bénéficient d’un délai en cas de décision d’expulsion
    et qu’en tout état de cause l’expulsion ne puisse avoir lieu qu’après que les familles aient
    effectivement accès à un logement digne pour elles et leurs enfants.
    En tout état de cause, le CREA et les membres de la campagne ne s’arrêteront pas là et
    continueront de réquisitionner des logements vides tant que des enfants dormiront à la
    rue.
    En effet, à la veille des fêtes de fin d’année, plus de 20 familles ne disposent d’aucune
    solution d’hébergement et encore moins d’un logement et sont donc contraintes de dormir
    sur les trottoirs de notre ville, au bord de la Garonne (qui monte chaque jour de plus en
    plus) ou dans une voiture.
    Pourtant le nombre de logements ne manque pas, plus de 16 000 logements vides ont été
    recensés sur Toulouse (INSEE 2008). Si les autorités étatiques et politiques ne savent
    comment ouvrir un logement, nous savons le faire et nous les ouvrirons pour que toutes et
    tous vivent dans la dignité, disposent des moyens de s’émanciper et de construire
    d’autres formes de vie et notre propre avenir.

    LE PEUPLE QUI VEUT SE LIBERER DOIT S’ORGANISER PAR LUI-MEME
    TOUT POUR TOUS : POUVOIR AU PEUPLE

    Le Collectif pour la Réquisition, l’Entraide et l’Autogestion
    Les membres de la campagne 0 enfants à la rue
    Les familles

    creatoulouse@gmail.com

    http://crea-csa.overblog.com

    Répondre

  • 17 dec 2011 un 3e immeuble réquisitionné ! 24 décembre 2011 14:45, par tvbruits

    Campagne « zéro enfant à la rue » : un 3e immeuble réquisitionné !

    Depuis le 17 décembre 2011, des membres du Collectif pour la Réquisition, l’Entraide et l’Autogestion (CREA) et de la campagne « 0 enfants à la rue » ont réquisitionné un immeuble situé au 13, rue des Martyrs de la Libération à Toulouse.

    Ce bâtiment d‘habitation, appartenant au Centre cultuel des Jésuites de France, est vide depuis six ans et le propriétaire reconnait ne pas avoir de projet le concernant. Nous avons déjà commencé à le nettoyer et à emménager.

    Des voisins du quartier nous ont immédiatement affirmé leur soutien, d’autres nous avaient indiqué le bâtiment. Nous comptons comme d’habitude sur votre aide et votre solidarité pour apporter des meubles, de l‘électroménager, des vivres...

    Nous espérons que le propriétaire ne fera pas remettre ces familles et leurs enfants à la rue. Jésus, ce révolutionnaire incompris, aurait peut-être fait comme nous.

    Grâce à cette nouvelle réquisition, ce sont quatre nouvelles familles vivant actuellement à la rue qui pourront bénéficier d’un logement décent cet hiver et reprendre de l’élan pour construire librement leur avenir.

    JOYEUX NOEL
    TOUT POUR TOUS
    POUVOIR AU PEUPLE

    Des membres du CREA
    L’Association pour la Réquisition, l’Entraide et l’Autogestion
    Des membres de la campagne "0 enfants à la rue"

    Pour nous contacter ou obtenir plus d’informations sur cette nouvelle réquisition et l’avancée de la campagne « 0 enfants à la rue » :

    Creatoulouse@gmail.com

    Crea-csa.overblog.com

    06 79 25 13 49

    07 62 36 23 31

    Répondre



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | Espace privé | nous contacter | SPIP | squelette par JLG |