TV BRUITS

Accueil > VIDEOS > VIDEOS DE TV BRUITS > Nous voulons vivre et réussir au Mirail !!

Nous voulons vivre et réussir au Mirail !!

Réunion publique autour du collège et de l’éducation au quartier du Mirail

vendredi 19 février 2010, par tvbruits

Attention : les films produits par Tv Bruits - et seulement ceux-ci - sont libres de droits pour diffusion dans un cadre non commercial et si nous en sommes avisés.

Le 4 février le collectif "Une école pour tous" constitué de parents d’élèves, du personnel des écoles et collège et des habitants du quartier organisait une réunion publique autour du thème "Nous voulons vivre et grandir au Mirail !". avec l’aide logistique de SUD Education.

* Quel est le rôle de l’école ?

* Doit-elle sélectionner les élèves dès le primaire ou permettre à tous les enfants de s’épanouir et de réaliser leurs projets ?

* Qu’est-ce que la « réussite » ?

* Y’a-t-il vraiment plus de mixité sociale au centre ville que dans les quartiers ?

* Qu’entend-on par « mixité choisie » ?

* Peut-on accepter que les enfants soient triés et sélectionnés comme des « marchandises » ?

* Y aura-t-il bientôt des établissements scolaires réservés à « l’élite » et d’autres spécialisés pour les élèves « en difficulté » ?

C’est autour de toutes ces questions, et de toutes celles qui en découlent, que se joue aujourd’hui l’avenir des élèves.

Invitée par le collectif, Tv Bruits était présente pour recueillir cet échange, le voici retransmis en différentes parties :

1ère partie

Introduction de Marcel, suivi des interventions de Jean-Louis Llorca conseiller général et de Claude Touchefeu conseillère générale et adjointe au maire de Toulouse.

durée 15min30

Vivre et réussir au Mirail - Partie 1/5

2ème partie

"Oui au maintien du collège, mais pas celui d’aujourd’hui", "Lien avec les problèmes du quartier", "L’ensemble de la précarité du quartier et de la société", "Gethoïsation de la Reynerie mais aussi de Fermat", "Manque de moyens et formation des professeurs", "Le collège de la Reynerie ne manque pas de moyen" (remarque du directeur du collège)

durée 14min30

3ème partie

durée 14min30

"Phénomène de ségrégation des adultes donc des enfants" ; "Qui ferme une école ouvre une prison" ; "Les enfants doivent pouvoir étudier à côté de là où ils vivent".

4ème partie

"Les différences entre RAS et ZEP" ; "Cesser de culpabiliser les parents" ; "intégrer les parents dans le fonctionnement du collège" ; "Image dont souffre le Mirail"

durée 18min45

5ème partie

"Pourquoi partir du collège, problème du niveau" ; "Les parents et le collège" ; "Etre bien dans son rôle d’élève" ; "Précarisation des personnels"

durée 15min45

Attention son faible !!!

Paroles d’anciens élèves :

Husseim : « On ne peut pas fermer un collège dans un quartier comme celui-là, plus de 20 000 habitants…J’ai l’impression qu’ils veulent qu’on n’ait plus de souvenirs. Ils ont déjà rasé ma maternelle, maintenant le collège… »

Omar : « le collège m’a beaucoup apporté à plein de niveaux : civisme, respect, savoir, connaissance, culture générale… Le collège, tout comme mon quartier La Reynerie ont été un facteur de développement et d’épanouissement pour mes projets. Ils m’ont donné cette énergie de prouver que même dans des « marécages » on peut voir fleurir de temps en temps une jolie fleur ! »

Sabrina : « Le collège m’a fait concevoir l’école de façon différente… J’étudie aujourd’hui le droit et je suis ravie de constater que cela me plait, que je ne me suis pas trompée dans mon orientation… »

Paroles d’habitants du Mirail :

« Parents et habitants, nous insistons sur l’importance du collège pour la vie du quartier et nous tenons à rappeler que les équipes éducatives y ont amené et y amènent l’écrasante majorité des élèves à une orientation choisie et assumée, y ont formé et y forment les citoyens d’aujourd’hui et de demain ! »

Paroles de parents d’élèves :

« Dans les collèges des quartiers populaires, les enfants apprennent à vivre ensemble et se mélangent beaucoup plus. De ce point de vue, nos collèges sont des lieux de mixité. »
« Les enfants doivent aller à l’école du quartier… »
« L’école doit permettre la réussite de tous les enfants, et non les trier ! »
« Le rôle de l’école, c’est d’instruire les enfants, de les aider à prendre leur place dans la société, pas de les exclure et de les désespérer ! »
Nos collèges ne sont pas des marchés où les principaux de centre-ville viennent choisir la « marchandise », mais des lieux où les enfants apprennent et où des adultes enseignent… »

Paroles d’enseignants :

« Nous avons besoin de temps, de sérénité et de confiance pour progresser avec nos élèves »
« Nous réaffirmons, au sein de l’école publique, la nécessité de donner plus à ceux qui ont moins ! »
« Ils parlent d’égalité des chances… nous défendons l’égalité des droits ! »
« A la Reynerie, comme au centre-ville, nos objectifs sont les mêmes : enseigner, accompagner nos élèves dans la voie qu’ils choisissent et tout faire pour qu’ils réussissent »

Et…. Parole d’Inspecteur d’Académie :

« Les conditions d’études à la Reynerie sont excellentes. Un enfant a plus de chances de réussir à La Reynerie que dans les autres établissements où ils sont 30 élèves par classe »

P.-S.

Pour tout contact : ecole-pour-tous@orange.fr ou 06 13 06 94 62.

Laisser un message, un commentaire...

7 commentaires
  • Nous voulons vivre et réussir au Mirail !! 20 février 2010 13:20, par Pierre

    Nous Voulons Vivre et Réussir au Mirail, déjà le titre me donne envie de vous voir et de vous entendre. Alors, quand on vous entend et on vous voit, on sent toute la complexité des situations mais aussi toute votre richesse et tout le courage dont vous faîtes preuve. Merci.
    Ce genre de réunion devrait se multiplier tant c’est riche d’enseignements - si j’ose dire - et tellement porteur d’une autre idée, d’une autre pensée sur les quartiers, sur les écoles des quartiers, d’une autre façon de voir les gens et les enfants des quartiers populaires.
    Bravo à ce collectif, ce regroupement, cette association, comment vous appeler ?
    et bravo à tvbruits d’avoir capté cette réunion de manière discrète et efficace.

    Répondre

    • Nous voulons vivre et réussir au Mirail !! 22 février 2010 21:17, par Marcel

      Merci Pierre,
      Cela fait beaucoup plaisir, je me permet de rappeler que nous nous réunissons tous les premiers jeudis à la maison de quartier de Bagatelle.
      A bientot.
      Marcel.

      Répondre

  • Après avoir regardé presque tout, plusieurs remarques ;

    - Rassembler des gens pour parler des pb qui les intéressent c’est très bien, mais la première réunion est la plus facile, chacun-e apporte ses questions, ses pb etc.. et ça parle…

    C’est la suite qui est beaucoup plus difficile, la seule question essentielle, centrale, et qui n’a pas été posée, là, à moins que je l’ai zappée, c’est "comment allons-nous travailler ensemble… ?"

    C’est cette question centrale qui doit être traitée de toutes urgence, avant que la dynamique crée ne faiblisse…

    - Par ailleurs le travail ici de Tvbruits est remarquable. C’est un gros boulot que de filmer et monter les propos. Il reste que ce genre de document n’est réellement intéressant que pour les gens directement concernés, ce qui est déjà pas mal. Mais il n’est pas un réel outil de communication pour l’extérieur…

    Et ce sujet qui est en première page du site de tvbruits, aujourd’hui, va disparaitre dans le jours qui viennent dans les entrailles du site…

    Il me semble indispensable que votre projet se dote très vite d’outils de communications qui vous serons propres. Un site avec entre-autres les vidéos de tvbruits ainsi que celles que vous allez être amenées à produire vous-mêmes…

    Voilà, moi ce que j’en dit… ;=

    Bon courage

    André

    Répondre

    • Nous voulons vivre et réussir au Mirail !! 22 février 2010 21:37, par Dominique

      Bravo à l’équipe de TV Bruits pour ce travail qui rend bien compte de la richesse du débat et des échanges ! En revanche, je trouve les commentaires d’André un peu "pessimistes" et j’aimerais lui apporter quelques précisions :
      - Cette première réunion publique est déjà le résultat d’un long travail impulsé par des parents d’élèves et des habitants du quartier qui se réunissent depuis plusieurs mois à la maison de quartier de Bagatelle. Des enseignants les ont rejoints ensuite. Il faut donc la voir plutôt comme une étape dans un processus...
      - Ce collectif qui est en construction "pour une même école pour tous" continuera à se réunir tous les 1ers jeudis du mois à la Maison de quartier de Bagatelle. Ces réunions sont ouvertes à tous. André, tu y es attendu !!
      - Et peut-être que cette expérience fera "école" (sans jeu de mots !) dans d’autres quartiers populaires...?
      - On a même évoqué la possibilité d’organiser, à terme, des Etats Généraux de l’Education ! Et, c’est sûr, TV Bruits sera encore là pour filmer et populariser cette initiative.
      Ce n’est donc qu’un début, ...
      A très bientôt, ici ou ailleurs !
      Dominique

      Répondre

  • Nous voulons vivre et réussir au Mirail !! 30 octobre 2010 17:47, par penseés positives

    bonjour,

    je suis une ancienne habitante du quartier de la reynerie et ancienne du collège de la reynerie.et maman d’une lycéenne

    la réussite des jeunes des quartiers du mirail et des autres quartiers "dit sensible" de Toulouse est très faible mais aussi des banlieues de France (mais c’est un autre débat). ;

    pourquoi très peu réussissent ? pourquoi, très peu de parents participes aux réunions ?

    pourquoi très peu d’investissements de ces derniers ?

    il me semble qu’il faut allé a la source,c’est a dire= l’histoire, notre histoire sur l’immigration, notre histoire "d’indigène de la république" quel est notre place dans la ville et dans le quartier ? dans notre société ?
    notre rôle de citoyen dans cette société ? les parents le disent eux mêmes="nous avons était écarter , du milieu scolaire , politique, social, et surtout économique, de la ville.l’acharnement des gouvernements qui se sont succéder, a occulté cette partie de la ville, depuis trois voir quatre générations de citoyens issue de l’immigration fait que,la problématique aujourd’hui ; des jeunes et moins jeunes issue des "banlieues", se pose, dans le sens,ou ils ne voient pas de changement significatif et réel au niveau social,et économiques qui touche plusieurs générations au sein même de leurs familles , diplômes sur-diplômés, ou pas..

    le problème n’est pas centralisé ou intérieur a la cité, mais elle est global.

    les jeunes qui réussissent se confrontent a un notre problème ; quand ils ont franchis la porte de la "banlieue" une autre problématique" s’offre" a eux.

    l’enseignant , peut être pédagogue , éducateur, voir animateur, mais il ne peux en aucun cas être un agent de police , ni quelqu’un qui doit" repérer "un enfant pour le stigmatisé.
    l’état fait peser et relègue une charge non assumé et non solutionné aux enseignants qui pour certains se battent (contre des moulins a vent) et d’autres qui baissent les bras, tandis que d’autres se font mutés pour leurs santé mentale ? (ce que je comprend)...

    comment faire comprendre(je dépense beaucoup d’énergie en se sens) ou faire" croire" a un jeune collégien ou lycéen qu’ils sont une force économique, social et culturel pour la nation, la ville , le quartier, la rue. leurs faire croire que le système éducatif n’est pas hermétiquement fermé.et qu’ils ont une chance de réussir tout autant qu’un citoyen intramuros, et qu’il n’est pas obliger d’être ouvrier de génération en génération et qu’il est surtout une force vive pour la ville

    je pense que la formation des enseignants dans l’histoire de la colonisation, immigration , générationnelle, s’impose, et je sais que beaucoup d’enseignants se battent en se sens,les parents ne sont pas démissionnaires tout au contraire, le "passe ton bac" est de rigueur , mais ils sont surtout lassé, voir défaitiste, ne trouvant plus "l’utilité" de venir aux réunions, le découragement, parfois la barrière de la langue,( replie sur sois même), les horaires de travail qui ne sont pas en majorités des horaires de cadres ou de fonctionnaires etc...

    plus de vivre ensemble, plus de cohésions sociale ,une réel organisation avec les acteurs sociaux les structures scolaires et administratifs, , une réel cohésion avec les associations et les structures d’insertion (déstructurés).

    le collège de la reynerie m’a donné le gout du voyage , l’amour de la lecture et de la culture dans toutes ces formes, le respect de mon prochain et mon quartier le don de sois et l’intégrité.c’est juste un point de vue personnel

    cordialement.

    Répondre

  • Nous voulons vivre et réussir l’écologie ’"Mirail !!"’ 31 janvier 2012 20:07, par babeleba’m

    Jeudi ce sera le momment de comprendre (où pas) que l’écologie est avant tout la science de reconstriure l’école du lieu ’"dit"’

    Répondre

    • 1 2 3 vivre et réussir l’écologie ’"Mirail !!"’ 1er février 2012 15:41, par Aristote

      1 - Approfondissons d’abord ces deux racines que sont : 1a - bios : la biosphère désignant la femme et la famille, soit le féminisme, quel sont aujourd’hui ses intrications antroposophiques dans le lieu ’"dit"’.La domos (domestication du lieu) en temps que lieu et fait, us et coutume locale du quartier, 2a -oïkos : écoquartier désignant le terrain comme terreau limon social et ses intrications environementales dans la mémoire et les conflits des idées et des ages politique du quartier. 2 - Posons ensuite les principaux actiômes sinétique pour élever celles-ci vers un plan où l’on peut observer et cultiver leurs potentiels hors du champs empirique des pulsions génériques de la personnalité autre que dans l’action direct du comportement. Soit que l’écologie redeviennent écolière, car elle n’est aujourd’hui qu’une version séculière de la phrénologie appliquée (à la ségrégation des espaces : -achetez des légumes "bio", sauvez la "planète"en faisant le trie, choisissez des "énergies" verte, etc...). 3 - Travaillons ensuite sur la déconstruction du travail comme habitude, le "précariat" du XXIème siècle et son habitat par les deux yeux de l’écologie au service de son école comme néocortex du réseau sociale. Le chomâge comme une énergie sinétique structurante pour l’école du lieu "dit" habité. "Salu’ bi’s’senm’è (salut tout le monde en alsacien qui ne s’écrit pas)"

      Répondre



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | Espace privé | nous contacter | SPIP | squelette par JLG |