TV BRUITS

Accueil > VIDEOS > EXTERIEUR A TV BRUITS > J moins combien

J moins combien

vendredi 29 janvier 2010

Attention : les films de cette rubrique ne peuvent être reproduits ailleurs qu'avec l'autorisation de leur(s) auteur(s).

Voir en ligne : http://cine2000.org/

Jeremy a 20 ans. Entre ennui, révolte et contradictions, son avenir est aussi bouché qu’un évier dans lequel on a vomi par erreur après une énième beuverie ennuyeuse. Sa rencontre avec une équipe de tournage en mal d’images va l’amener à reprendre les choses en main. Si la solution se trouve loin d’ici, comment alors financer un éventuel départ ?

"J- ?" est un film d’audiovisuel autoproduit par CINE 2000 tourné en juin 2009. Il est écrit et réalisé par Mathieu Kiefer, Lisa Chabbert, Jordi Perino et Jules Ribis.

Site du film

durée 46 min

Le film a eu sa vie sur le net, si vous voulez le découvrir maintenant ce sera lors de projection publique.

Pourquoi J- ?

Ne pas se résigner, enfin pas trop. En faire un film, pour se le répéter, comme une prière.

S’il devient ridicule de parler fort de « capitalisme » et de « société » passé un certain âge, l’alibi artistique permet de jouer les prolongations. Une colère qui se fait matière première. Ou peut-être n’est-ce qu’une posture ? Qu’importe, un film ne changera jamais le monde. Par contre s’il peut faire plaisir à des individus qui ont envie de le changer, alors ce n’est pas totalement inutile. Du carburant en somme, juste du carburant.

Fiction ou réalité ? La fiction, celle que représente notre prétendue place « d’artistes », de « témoins », ou je ne sais quelle autre désignation qu’on lit dans des manuels vieillissants. La réalité, celle de nos petites vies coincées entre impératifs d’insertion et désir d’ « autre chose ». Travailler dans l’audiovisuel ou en vivre, au sens strict du terme ? La différence est de taille. « Artiste », le mot qui donne néanmoins la chair de poule aux conseillères d’orientation du collège. On prend ça comme un signe qu’il faut creuser dans cette voie, en se tapant des étiquettes, en se tapant des limites entre fiction et réalité. Quand on rentre dans une salle de cinéma, on a parfois l’impression que la fiction c’est dehors qu’elle se joue.

Le meilleur des sujets de documentaire est peut-être là, à côté, assis dans le salon. Le meilleur des scénarios c’est peut-être l’histoire du gueux qui a envie d’un de ces costards en vitrine, mais qui va se démerder pour ne pas le payer. Le plus criant des symboles, on vient peut-être de le croiser à l’instant dans cette rue qu’on arpente quotidiennement. Un film, dans sa subjectivité assumée, est peut être bien plus réel que le consensus mou et chiant qui enveloppe les définitions du « rationnel » et du « normal ». Et puis entrevoir l’étendue de nos contradictions, ça donne envie de réinjecter un peu de binaire dans tout ça.

Du coup on se lance. On fait un film. Avec pour meilleur facteur de productivité nos liens affectifs. Et puis parce qu’on s’ennuyait ferme. On se donne des rôles, comme ils font les pros, mais chacun a le droit d’ouvrir sa gueule. Il y a un chef mais il n’y a pas de chef. C’est le bordel, parce qu’il fait froid, et que chacun a envie de tirer la couverture à lui. Mais en même temps, l’idée qu’il nous manque, le copain d’à côté l’a peut-être. Et du coup, des idées, il y en a plein. Le réalisateur ? Ben c’est celui qui arrive à réunir les gens qu’il faut dans l’endroit qu’il faut, avec l’impératif qu’ils aient tous la même idée en tête. L’autogestion en famille comme rempart à la page blanche.

Et puis on fait les cons. Mais jamais gratuitement. Parce que, pour une fois, ça a du sens, parce que ça nous colle un frisson qu’on avait parfois un peu perdu. Parce qu’on a l’impression de créer des situations que l’on ne maîtrise pas totalement. Parce que ça peut mal finir, et puis que ça ne finit jamais mal. Et au final, on se dit que la peur qu’on a éprouvée avant de filmer prouve qu’on a bien intériorisé ces contraintes qu’on rejette par ailleurs. Du coup, on ne demande plus aucune autorisation : on rentre, on tourne et on fait ce qu’on peut. L’image et le son courent après le propos. Le résultat est fragile, fébrile. Mais c’est pas nous qui sommes imprécis, c’est le reste qui est trop propre. Il y en a qui appellent cela le « D.I.Y » (do it yourself). On ne maîtrise pas forcément l’idée mais elle nous plaît.

Après quelques mois de choix cornéliens sur le montage, voici 46 minutes. En espérant qu’elles soient vues et entendues, le film sera bientôt en téléchargement libre. N’hésitez pas à laisser vos commentaires dans la rubrique opinions. Résister c’est créer, et créer c’est cool.

CINE 2000

Laisser un message, un commentaire...

10 commentaires
  • J moins combien 29 janvier 2010 14:22

    Bravo !! C’est tout

    Répondre

  • J moins combien 3 février 2010 18:09, par Chatota

    Je n’ai pas encore vu le film, j’ai juste lu ce que vous dites et je me sens tout d’un coup beaucoup moins seule. je n’aurai jamais pu formuler aussi bien mes sentiments.

    Une collegue

    Répondre

  • J moins combien 9 février 2010 19:48

    Le silence après ce visionnage résonne encore comme du J-combien ? Ca accroche les sens, ça accroche l’esprit, c’est du beau boulot. Bravo !

    Répondre

    • J moins combien 18 février 2010 23:46

      Merci à tous...

      Ca nous fait bien plaisir ces réactions.

      Mathieu pour CINE2000

      Répondre

      • J moins combien 23 février 2012 13:00, par petit z’indien

        Aujourd’hui on se moque de vos commentaires même on les censure tient pour vous apprendre qui tient le baton sur ce média ! Nos petits bobos nous irritent à force de se les gratter ! Et on n’en à marre que maman viennent nous souffler dessus parce elle croit qu’on a encors l’âge de porter des couches !

        Répondre

  • J moins combien 20 juillet 2010 14:46, par delphine rieu

    Salut Jules, c’est Delphine, on s’est vus ce week-end. J’ai pas réussi à aller sur votre site, donc je passe par ici. Super le film, j’en parle autour de moi !
    ++

    Répondre

  • J moins combien 14 mars 2011 00:29

    Pas mal. J’ai ete curieux de voir ce film car une candidate de question pour un champion en a parle. Je le trouvais sympa.

    Répondre

    • J moins combien 19 mars 2011 16:01

      Une candidate de question pour un champion ? Qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Je suis curieux...

      Mathieu pour l’équipe de J- ?

      Répondre

  • J moins combien 28 avril 2011 14:07

    je viens de voir votre film, mon commentaire n’a aucune utilité, juste il témoigne de la force et de l’envie de se bouger que ça fait remonter en soi . Merci !

    Répondre



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | Espace privé | nous contacter | SPIP | squelette par JLG |