TV BRUITS

Accueil > VIDEOS > VIDEOS DE TV BRUITS > Le Traité de Lisbonne présenté par ATTAC 31

Le Traité de Lisbonne présenté par ATTAC 31

jeudi 10 janvier 2008, par Co

Attention : les films produits par Tv Bruits - et seulement ceux-ci - sont libres de droits pour diffusion dans un cadre non commercial et si nous en sommes avisés.

Le nouveau traité modificatif européen a été signé par les chefs d’Etats et de gouvernements le 13 décembre dernier. Il doit maintenant être ratifier par les 27 Etats membres.
ATTAC 31 était invité en décembre à l’Université de Toulouse-le Mirail dans le cadre de FackOff, la programmation culturelle et politique de la faculté en grêve.

Voir la vidéo de l’exposé d’ATTAC sur le Traité de Lisbonne en realmedia - 34’37’’

Traité de Lisbonne par ATTAC

Pour être ratifier en France, le traité nécessite une modification de la Constitution Française. Le Congrés (Assemblée Nationale et Sénat) décide de ce changement par un vote au 3/5ème des voix. La majorité présidentielle n’a pas ces 3/5ème sans l’aide du Parti Socialiste. Si la réforme constitutionnelle est refusée le Président sera alors dans l’obligation de passer par un referendum pour adopter le Traité de Lisbonne.

Le 4 février le Congrés se réunit à Versailles.

Pour plus de renseignements

Pour signer la pétition, voir le site du Conseil National pour le Referendum

Voir plus précisément les positions d’ATTAC sur le Traité

Comprendre le traité de Lisbonne - Jean-Luc SAURON - Gualino éditeur - 2008

Europe, la trahison des élites - Raoul-Marc JENNAR - Fayard - 2004

La construction européenne étapes, objectifs, réalisations - Christine HOUTEER - Nathan Université - collection 128 - 2000

Laisser un message, un commentaire...

3 commentaires
  • Voici l’article très intéressant sur le site d’ACRIMED sur le traitement médiatique de ce nouveau Traité.

    http://www.acrimed.org/article2798.html

    Répondre

  • Le Traité de Lisbonne présenté par ATTAC 31 12 janvier 2008 17:25, par HUMBERTO DELGADO

    Um Malheur ne vient pas seul...

    Ici, au Portugal, lieu ou ce Traité a été ratifié, et en SENS CONTRAIRE au PROMIS par le Parti au Pouvoir, Le Parti Socialiste Portugais, quand des Élections pour le Gouvernement, Chez Nous, ce Traité ne será pas sujet au Referendum Promis, mais si ratifié par l’ Assemblée Parlementaire, ou le PS Détent la majoritée...

    Lamentable ! !

    Ces Partis qui se disent Socialistes mais qui sont, en effet, des partis de Centre-Droite devraient cárrément changer de Nom, au lieu de essayer d’acquérir avec des mensonges et ce mot " SOCIALISTE " des Votes, et gagner ainsi des Elections !!

    Je suis contre l’Euope de 25, contre ce traité et contre Tous les Gouvernements de Droite et Centre-droite, encore Plus Dangereux...

    Donc, Je Suis Avec Vous !...

    Pour L’ Internationalle

    Répondre

  • Libéraux de droite comme de gauche, UMP, Modem et direction du PS, relayés par la presse patronale (Le Monde, Libé, Le Figaro, ….), diffusent, comme en 2005, une série de mensonges à propos du traité modificatif européen (Traité de Lisbonne) qu’ils veulent voir ratifié à tout prix. En voici 5, parmi d’autres :

    A propos de la laïcité :

    Nouveauté par rapport au Traité établissant une Constitution pour l’Europe (TCE) : « l’héritage religieux » est mentionné comme « source de la démocratie, de l’Etat de droit et des libertés fondamentales » ; par contre, comme dans le TCE, l’Union Européenne (UE) reconnaît les Eglises, mais pas la laïcité (le mot et la chose sont absent des textes). Le retour en force de l’ingérence des Eglises est ainsi encouragé. L’Europe des Lumières s’obscurcit dangereusement. Les droits des femmes à peine conquis sont directement menacés. Le Vatican triomphe avec l’aide du chanoine qui préside la République.

    A propos de la démocratie :

    Comme dans le TCE, quelques dispositions renforcent le poids du Parlement européen, mais celui-ci reste largement un Parlement croupion : il n’est pas l’unique législateur et ses pouvoirs de contrôle sont limités (pas de séparation des pouvoirs), il ne peut pas proposer ses propres textes (le monopole de l’initiative est maintenu en faveur de la toute puissante Commission européenne qui peut s’opposer aux attentes du Parlement et du Conseil des ministres tous deux pourtant issus du suffrage universel). Le citoyen qui peut changer, par le suffrage universel, son maire, son parlementaire, son gouvernement est totalement impuissant face à une Commission européenne qui n’est pas comptable de ses actes. Le traité modificatif ne modifie pas le caractère technocratique et opaque d’une Commission européenne plus que jamais aux ordres des lobbies de la finance et du business.

    A propos du néolibéralisme des politiques européennes :

    La disparition de la formule « concurrence libre et non faussée » du TCE n’entraîne pas de changement dans l’orientation des politiques. Un article rappelle le primat d’une « économie de marché ouverte où la concurrence est libre » et un protocole (même valeur que le traité) indique que « le marché intérieur comprend un système garantissant que la concurrence n’est pas faussée ». La seule politique de l’UE, c’est, plus que jamais, de mettre en concurrence toutes les activités humaines. Pas de place pour la coopération ; pas de place pour la solidarité. Mme Merkel l’a confirmé au Parlement européen : en ce qui concerne le libéralisme des politiques, « rien ne va changer ».

    A propos des services publics :

    Rien n’est plus mensonger que d’affirmer que l’UE protège désormais les services publics (baptisés « services d’intérêt général »). Un protocole dont l’intitulé parle des « services d’intérêt général » ne concerne en fait dans son contenu que les « services d’intérêt économique général » lesquels sont soumis aux règles de la concurrence. Il s’agit-là d’une formidable mystification de la part des auteurs du traité. Comme ceux-ci l’ont déclaré : « la liberté d’établissement et la liberté de circulation des personnes, des biens, des capitaux et des services continuent de revêtir une importance capitale ».

    A propos de la mondialisation néolibérale :

    L’affirmation selon laquelle désormais l’UE protégerait contre la mondialisation est totalement mensongère et démentie par le texte : celui-ci renforce les pouvoirs de la Commission européenne pour négocier des politiques de dérégulation à l’OMC. Les pouvoirs du Comité 133 sont consacrés et renforcés dans la mesure où il ne devra plus se prononcer à l’unanimité. Son opacité demeure. La négociation de la mise en œuvre de l’Accord Général sur le Commerce des Services (AGCS), dont l’objectif ultime est la privatisation de toutes les activités de services qu’elles soient nationales régionales ou municipales, en sera facilitée. Le traité de Lisbonne facilite la soumission des services publics locaux aux règles de l’AGCS.

    On trouvera d’autres éléments de réflexion sur l’Europe et le traité modificatif (traité de Lisbonne) dans le livre que je viens de faire paraître : « Quelle Europe après le non ? » (Fayard). On peut en débattre lors des prochaines conférences que je vais donner :

    14 janvier : Avignon : 18H, dédicaces à la Maison des Alternatives Solidaires ; 20H, conférence à l’Hôtel de ville.

    15 janvier : Aix-en-Provence : 18H, IEP, 25 rue Gaston de Saporta (face à la cathédrale).

    16 janvier : Marseille : 20H30, 108, rue de Breteuil, au « Point de Bascule ».

    17 janvier : Forcalquier/Manosque : 19H, théâtre municipal de Manosque.

    21 janvier : Béziers : 19H au Théâtre du Minotaure, 15 rue Solférino.

    22 janvier : Montauban : 20H, Espace Sport, 65, avenue Marceau Hamecher

    23 janvier : Angers : 20H30, Salle Daviers, Bd Daviers (en face du CHU).

    24 janvier : Nantes : 20H30, Faculté de médecine (Amphi 9), rue Gaston Veil.

    25 janvier : Poitiers : 20H30

    28 janvier : Agen : 20H30, salle Picasso, Centre culturel, côté Stadium.

    29 janvier : Marmande : 20H30, salle Damouran, Square de Verdun (face à la poste).

    Il faut signer l’appel du Comité National pour le Référendum :
    www.nousvoulonsunreferendum.eu/

    Il faut interpeller les parlementaires (sénateurs et députés), candidats aux élections municipales, pour leur demander si le 4 février Versailles ils vont permettre la ratification parlementaire de ce traité et pour leur dire qu’il sera tenu compte de leur attitude lors des prochaines municipales. C’est l’avenir des services publics locaux qui est en cause !

    Il faut manifester le 4 février à Versailles pour exiger le respect du référendum de 2005. On ne représente pas un texte dont le contenu a été rejeté par le peuple souverain !

    Raoul Marc JENNAR
    militant et chercheur altermondialiste
    Site : www.urfig.org

    Répondre



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | Espace privé | nous contacter | SPIP | squelette par JLG |