TV BRUITS

Accueil > VIDEOS > VIDEOS DE TV BRUITS > Mouvement universitaire contre la loi Pécresse

Mouvement universitaire contre la loi Pécresse

jeudi 18 octobre 2007, par lilian

Attention : les films produits par Tv Bruits - et seulement ceux-ci - sont libres de droits pour diffusion dans un cadre non commercial et si nous en sommes avisés.

Suite au vote cette été de la loi Pécresse "relative aux libertés et aux responsabilités des universités", deux assemblées générales ont eu lieu cette semaine à l’université du Mirail. Un mouvement de lutte est en marche pour que cette loi soit abrogée.
Les organisations politiques, syndicales et associatives ayant signé l’appel du retrait de cette loi refusent entre autres :
- l’autonomie de gestion budgétaire et de recherche de ressources propres
- toute forme de sélection à l’entrée des universités
- la révision de la composition des conseils d’administration et le renforcement du pouvoir des présidents
- le recrutement de contractuels précaires pour le personnel enseignant et non enseignant à la place de fonctionnaires
[source : appel à l’AG du mardi 16 octobre 07]

le mouvement étudiant s’est joint à la manifestation interprofessionnelle du 18 octobre...

loi Pécresse

voir la vidéo en real - durée : 5min

Laisser un message, un commentaire...

3 commentaires
  • Une coordination nationale universitaire, rassemblant 36 délégués mandatés par 21 universités, s’est réunie les 27 et 28 Octobre à Toulouse suite à une nouvelle attaque du gouvernement contre le service public de l’enseignement supérieur : la loi Pecresse, dîte "de libertés et responsabilités des universités" (LRU).

    Cette loi permet un désengagement financier de l’Etat au profit des entreprises et des intérêts privés. Par leur présence accrue dans les conseils, ils influenceront forcement le contenu des cours. Les universités auront ainsi moins de financement pour les filières considérées comme non-rentables par les nouveaux financiers. Elles seront gérés comme des entreprises sur des bases de rentabilité : mise concurrence des universités et des personnels, précarisation et dégradation des conditions de travail et des salaires, concentration des pouvoirs au sein des conseils d’administration et dans les mains du président de l’université. La loi instaure également une pré-selection des lycéens à l’entrée de l’université.

    Ce démantèlement de l’enseignement supérieur est encadré par le processus de Bologne, initié en 1999, dont l’objectif principal est la mise en concurrence des universités à l’échelle européenne (d’où aujourd’hui des frais d’inscriptions à 1000 euros en moyenne en Allemagne et au Portugal, à 3000 euros en Italie)

    C’est pourquoi, nous exigeons l’abrogation inconditionnelle et immédiate de la LRU et nous nous prononçons :
    – Pour un vrai droit à l’éducation et à la formation pour tous
    – Pour la défense des statuts des personnels d’université, pour la titularisation des personnels précaires
    – Contre la privatisation de l’université publique et la politique de pénurie budgétaire, pour le réengagement financier massif de l’Etat, pour l’augmentation des aides sociales étudiantes, pour la construction de logements sociaux à hauteur des besoins.

    Mais cette loi n’est pas isolée. Ce gouvernement est résolu à nous imposer un mouvement social d’ampleur historique. Nous ne devons pas faire son jeu qui consiste à dresser les uns contre les autres les travailleurs et les étudiants, le public et le privé, les Francais et les étrangers. Tout au contraire, alors qu’un large mouvement social se dessine dans tout le pays, alors que le 18 Octobre les salariés de la SNCF, de la RATP et d’EDF-GDF ont montré qu’ils étaient disponibles pour lutter, nous devons articuler nos revendications.

    C’est pourquoi nous sommes décidés à nous battre : – Pour le rétablissement des 22 000 emplois de fonctionnaires (dont 11 200 dans l’Education Nationale) liquidés dans le budget 2008 et des 25 000 postes supprimés au cours des cinq années précédentes, – Contre le démantèlement des services publics. – Contre la privatisation de la Sécurité sociale et les franchises médicales – Pour la défense des régimes spéciaux de retraites, les 37.5 annuités pour tous, la retraite à 60 ans à taux plein – Pour l’abrogation des lois anti-immigrés, CESEDA et Hortefeux ; une carte d’étudiant = une carte de séjour. – Pour l’amnistie de tous les réprimés des mouvements sociaux.

    Nous sommes déterminés à construire la mobilisation dans nos universités et nos lycées, et l’unité d’action avec les salariés. Au rouleau compresseur du gouvernement, nous opposons la convergence de tous les secteurs attaqués, qui seule pourra le faire céder.

    Nous appelons les universités à construire la grève avec piquets de grève dès que possible, comme seul moyen pour gagner et à bloquer les CA pour empêcher l’application de la loi.

    Nous appelons aux manifestations des 30 Octobre, 8 et 20 Novembre, et à toutes autres initiatives lancées par les salariés.

    Répondre

    • Une bande de guignols gauchistes, perdus dans leur délires d’un autre âge, encore a se prosterner, devant une figure communiste d’Amérique-latine, toute aussi dépassée que leur raison, et qui sous couvert d’un simulacre de démocratie, se sont réunis a moins 3% de l’ensemble d’une université, pour décréter le blocage de cette dernière.
      Non pas pour défendre une quelconque vision de, ce que devrait être l’université d’aujourd’hui ou même de demain, mais pour conserver un statut, ou (l’émulation est proscrite), un monde ou, il est inutile de se battre pour se faire une place au soleil, puisque, sans concours d’entrée en faculté, ouverte a n’importe qui, pour faire n’importe quoi, en ce sans que 95% de ceux qui, interrogés sur leurs buts, ne savent que répondre.
      Un mode de vie qui leurs convient a la perfection, dans la mesure où, ça les éloignes du monde du travail, monde qu’ils ne veulent a aucuns prix intégrer, si ce n’est pour devenir fonctionnaire.
      Mais qu’ils n’oublient pas cette notion élémentaire qui dit que, plus on veut monter haut, plus dure est la chute quand, contraint par la force des choses de la vie, a revenir sur cette terre qui elle, ne les aura pas attendu, et continué de tourner sans eux.
      Quelle surprise, quand après avoir passé le plus claire de leur jeunesse à glander dans les amphithéâtres, ils se rendront compte de leur totalement inutilités, car complètement dépassés psychologiquement et professionnellement, au saint d’une société qu’ils ne sauront pas intégrer, car en décalage total, avec ce qu’ils auront refusé de voire jusque la, face qu’ils seront, a cette culture qui leurs sera étrangère, celle de………….. L’entreprise alors qu’ils devraient en être les locomotives. !!!!!!

      Répondre



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | Espace privé | nous contacter | SPIP | squelette par JLG |