TV BRUITS

Accueil > VIDEOS > VIDEOS DE TV BRUITS > Campement des Enfants de Don Quichotte, Toulouse.

Campement des Enfants de Don Quichotte, Toulouse.

mercredi 24 janvier 2007, par Ben

Attention : les films produits par Tv Bruits - et seulement ceux-ci - sont libres de droits pour diffusion dans un cadre non commercial et si nous en sommes avisés.

Campement des Enfants de Don Quichotte, Toulouse.
Entretiens avec trois campeurs sans-abris.

9’

Tv Bruits / Luciole Prod . Janvier 2007.

PS : il fait de plus en plus froid...

Voir la vidéo

D’autres films sur les sans-abris à Toulouse

Laisser un message, un commentaire...

9 commentaires
  • Campement des Enfants de Don Quichotte, Toulouse. 27 janvier 2007 15:03, par Asso

    Article de La Dépêche sur le campement, paru le 26/01/2007

    SANS-LOGIS. INDIFFÉRENTS, CURIEUX, AGACÉS OU SOLIDAIRES, LES RIVERAINS OBSERVENT LE CAMPEMENT.

    « Aller les voir, moi ? Sûrement pas. Je ne m’en occupe pas. D’ailleurs ici c’est pas les mêmes que ceux de Paris qu’on a vus à la télé et qui ont vraiment besoin d’être aidés. Ceux qui campent là ils ont dans les 18-25 ans, ce sont des teufeurs, ils dorment toute la journée. Ils foutent rien ». Derrière son comptoir, ce barman du boulevard Carnot, qui travaille à quelque 100 mètres du camp des SDF, n’apprécie pas ses nouveaux voisins, mais en tout cas, il a le courage de ses opinions !
    Dans le quartier, les riverains directs des quelque 100 occupants du campement préfèrent en général s’abstenir de commentaires. « Moi ils ne me dérangent pas, je fais avec et personnellement je n’ai pas à me plaindre. De toute façon, je pense qu’on les a jusqu’aux élections » lâche l’épouse d’un dentiste installé dans un des plus beaux immeubles bourgeois des allées François-Verdier, d’où la vue sur le campement est imprenable. Forcés de cohabiter, deux mondes s’observent en faisant semblant de s’ignorer.

    « On voit parfois des appareils photos et des caméras aux fenêtres. Il y a eu quelques coups de fil au commissariat à cause du bruit. D’autres avaient peur des chiens, c’est normal. Mais il n’y a rien de plus obéissant que le chien du SDF » assure Philou, 17 ans de rue, un des coordinateurs du campement. Il a organisé une distribution de tracts dans les boîtes aux lettres il y a 10 jours, mais il n’y a pas eu de retour. Ludo, porte-parole des Don Quichotte, sorte de chef de village, fait tout pour que ça se passe bien, épaulé par les plus vaillants qui assurent leur propre service d’ordre. « Au départ on nous regardait d’un œil curieux. Surtout dans les apparts à 300 briques d’en face. Je les comprends un peu ! » reconnaît Ludo. « La cohabitation avec le voisinage se passe plutôt bien. Un jeune couple qui habite sur les allées nous a proposé ses ordinateurs si on avait besoin d’envoyer des mails. Les pompiers nous ont porté de l’eau. L’agence d’interim nous prête ses photocopieuses. Il y a tout le temps des gens qui passent ».

    Le camp s’est organisé pour durer le temps qu’il faudra. Les dons qui arrivent chaque jour sont stockés dans une tente qui fait office de vestiaire et d’infirmerie, juste à côté de la toile jaune qui abrite la « cuisine/bureau ». Des palettes de chantier alimentent le feu de camp qui brûle jour et nuit. Une énorme balle de paille vient d’arriver d’un fermier de Tournefeuille, portée par des militants altermondialistes. Elle servira à éponger le sol détrempé. Une petite dame sans le sou s’est délestée de quelques tablettes de chocolat. « Dans le quartier il y a des râleurs mais il y a aussi de braves gens » dit Florence Bessières, libraire rue de Metz. « Au début j’entendais des réflexions du style « j’espère qu’on va nous baisser la taxe d’habitation ». Maintenant ça s’est tassé. Peut-être à cause de la mort de l’abbé Pierre, les gens n’osent plus rien dire ».

    Sylvie Roux

    Répondre

  • Les pouvoirs publics laissent pourrir le mouvement, la situation s’enlise...

    Répondre

  • Toujours aucune solution de relogement pour les SDF qui campent au pied du monument aux morts

    Voir en ligne : http://www.tomirail.net/spip.php?ar...

    Répondre

    • Les enfants de Don Quichotte en colère 7 février 2007 10:30, par MJC COLLECTIF SDF

      Quand comprendrez-vous que les vrais SDF ne sont pas sous les tentes, qu’il faut absolument l’organisation d’une table ronde avec le Maire et les Associations concernées par ce problème. Que l’on sache leurs bessoins réels, (structures, financements, formations, personnel etc...) Je suis certain que après cela tout le monde y verrait plus clair.
      Tout ceci sans haine, sans violence et sans passion, mais dans le seul but de faire avancer les choses positivement
      Des SDF travaillent et dorment dans la rue, dans des foyers, dans leurs voitures. Ceci est t’il logique en 2007 .

      ___MJC SDF Depuis
      2 années

      Répondre

  • bonjour,
    nouvelle urgence si vous avez l’occasion
    certaines tentes prennent l’eau ... et pas de solution en vue ...
    alors si vous avez des tentes, vous pouvez les leur porter à la manif du jeudi 8 de la Fonction Publique ! ou aprés ...

    Patricia

    Répondre

  • Article paru le 13/02/2007 dans La Dépêche du Midi

    EXCLUSION. ALORS QUE LEUR DEMANDE D’INSTALLATION PROVISOIRE SUR LE TERRAIN DU GIAT OU CELUI DE LA CASERNE NIEL A ÉTÉ REFUSÉE.
    Menace sanitaire sur le camp des Don Quichotte

    La situation des sans domicile fixe installés depuis maintenant six semaines sur le campement des Enfants de Don Quichotte, allées François-Verdier devient inquiétante du point de vue sanitaire. Depuis la semaine dernière, une épidémie de grippe et de gastro-entérite y sévit et le mauvais temps de ces derniers jours fait craindre une dégradation de l’état de santé de nombre d’entre eux. Hier, les Don Quichotte ont décidé de faire hospitaliser plusieurs personnes et de « présenter la facture » à la DDASS, lors de la prochaine réunion, prévue vendredi.

    En attendant, Médecins du Monde va envoyer deux médecins, à partir de mercredi, expliquait Florian hier après-midi, à l’heure où les Enfants de Don Quichotte sont venus manifester place du Capitole. Pour renouveler leur demande d’installer un campement provisoire, en dur, dans la cour de la caserne Niel ou celle du GIAT.

    « Nous nous sommes rendus sur les lieux. Contrairement à ce que nous dit la mairie, il n’y a pas de fouilles archéologiques à Niel, et pas dépollution sur le terrain du GIAT. Si ce terrain est dangereux, comment expliquer que Tisséo y soit relogé sans que cela pose problème ? » demandent-ils. Absente de Toulouse, Françoise de Veyrinas, la première adjointe, leur a fait savoir par téléphone que seule la solution du terrain de Rupé, à Sesquière, était « pertinente et réalisable » (lire ci-contre).

    « Nous ne sommes pas des chiens que l’on parque dans un terrain boueux au fin fond de la ville ! rétorquent les Don Quichotte. Même si des projets sont faits sur les terrains du GIAT ou de Niel, rien n’empêche l’installation temporaire de bungalows sur ces deux sites. Notre présence sera par définition transitoire. »

    Jean-Louis Dubois-Chabert

    De Veyrinas : Rupé et rien d’autre

    C’est par un communiqué au ton définitif que Françoise de Veyrinas répond aux Don Quichotte. « La mairie a proposé le terrain de Rupé (à Sesquière, NDLR). Cette solution a malheureusement été refusée par les Enfants de Don Quichotte qui ont formulé de nouvelles demandes pour s’installer sur les terrains du GIAT et de Niel. Il nous est impossible de donner suite à ces propositions : les terrains du GIAT n’appartenant pas à la ville et le site de Niel devant faire l’objet de fouilles archéologiques qui ont retardé de deux ans notre programme de construction de logements sociaux et privés. La seule solution pertinente et réalisable est celle que nous proposons depuis le début, à savoir le terrain municipal de Rupé (à Sesquière, NDLR). Il n’y aucune raison valable que la solution de cet emplacement, équipé de sanitaires, situé à moins de 5 km du centre-ville et desservi par les transports en commun, ne soit pas acceptée. »

    Répondre

  • bonjour, je recherche desesperement mon frere qui d’apres mes recherches serait sdf a toulouse, il s’appelle sebastien arquié et est agé de 31ans...merci

    Répondre

    • Bonjour, je vous invite à contacter le GAF ( 05 61 57 95 20, 13 rue du professeur James) et l’antenne toulousaine de Medecins du Monde (5 boulevard Bonrepos, près de la gare, 05 61 63 78 78).

      Répondre

    • Bonjour, je recherche également mon frère qui est sur Toulouse et qui serait apparemment d’après les dernières nouvelles avec les Don Quichotte il est âgé d’une quantantaine d’années et se prénomme Brahime de taille moyenne . Merci de me donner des nouvelles. à bientôt.

      Répondre



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | Espace privé | nous contacter | SPIP | squelette par JLG |