TV BRUITS

Accueil > VIDEOS > VIDEOS DE TV BRUITS > Le Revenu d’Existence

Le Revenu d’Existence

un revenu parce que j’existe

jeudi 21 mars 2013, par Annie

Attention : les films produits par Tv Bruits - et seulement ceux-ci - sont libres de droits pour diffusion dans un cadre non commercial et si nous en sommes avisés.

Le Revenu d’Existence

Le 16 janvier 2013, le GIRE 31 organisait une conférence-débat sur le thème du Revenu d’Existence à la Maison de quartier de Bagatelle.

Le Revenu d’Existence -ou revenu de base, titre du film de Daniel Häni et Enno Shmidt - est un revenu inconditionnel, versé dès la naissance et cumulable avec tout autre revenu.

Première partie 14’ 59"

Deuxième partie 18’ 09"

Le GIRE 31 (Groupe de réflexion pour l’Instauration d’un Revenu d’Existence de la Haute-Garonne) est un groupe de citoyens républicains de différents bords politiques et sociétaux dont l’objectif est d’approfondir et de diffuser l’idée du revenu d’existence.

Le groupe s’est immédiatement créé après la projection du film « Le Revenu de base » dans une salle comble du cinéma Utopia de Toulouse en avril 2011.

Pour plus de précisions sur le Gire 31 :

http://revenudebase.info/communaute/groupes/toulouse/

http://le-revenu-de-base.blogspot.fr/

Pour visionner le film « Le revenu de base » de Daniel Häni et Enno Shmidt

http://www.youtube.com/watch?v=-cwdVDcm-Z0

http://revenudebase.free.fr/VideoRevDeBase110.html

Laisser un message, un commentaire...

2 commentaires
  • Le Revenu d’Existence 22 mars 2013 15:20, par Frédéric

    Bonjour,

    J’aurais aimé être présent à ce débat, mais je n’ai pas pu m’y rendre, car à la date de son déroulement, je n’étais pas encore en train de perdre mon emploi qui me coutait 70-80h de ma vie par semaine (pour une reconnaissance nulle).
    Merci donc pour ce film.
    La question que j’aurais aimé poser, qui se rapproche de celle du second intervenant de la seconde vidéo, est : si chacun bénéficiait d’un revenu de base cumulable aux autres revenus, qu’est-ce qui empêcherait les loyers d’augmenter d’autant ?

    Si j’ai bien compris, au-delà d’une saine redistribution des richesses, le revenu de base vise à libérer l’homme des chaînes qui le lient au travail tel qu’il existe actuellement : une tâche répétitive et dépourvue de sens, bien souvent inutile sinon nuisible à la société, mal rémunérée, et rendue nécessaire par l’obligation de payer son loyer, ou l’échéance de son emprunt immobilier contracté pour payer un logement dont le prix est artificiellement rehaussé de sa valeur spéculative (on peut le louer). Bref, la question du revenu de base me semble intimement connectée avec celle du marché immobilier, qui me paraît être le facteur limitant de la liberté d’agir.

    La crainte d’être jeté à la rue nous fait nous ruer sur le premier boulot qui passe ; il me semble que cette pression induite sur le marché du travail fait fatalement baisser le prix du travail, en gros le SMIC : la boucle est bouclée, les loyers sont durs à payer.
    C’est dans ce lacet que nous sommes tous empêtrés, et une grande part de l’économie me semble tourner à l’énergie que nous déployons (en vain) pour nous en extraire. La crise des subprimes est avant tout une crise immobilière ! Le système n’a pas beaucoup changé depuis ce temps où les propriétaires d’usines récupéraient une partie de la paye des ouvriers en louant les baraquements où ils vivaient (à un prix moins excessif il est vrai) ; sauf qu’au lieu des magnats industriels, il y a aujourd’hui un marché sans visage. Comme le mandarin chinois de Voltaire, on ne sait plus qui nous assassine.

    Or c’est précisément à cette libération que vise le revenu de base, si j’ai bien compris le débat. Choisir son activité, son emploi (ce qui revient à faire baisser la pression de la demande du marché du travail, et ferait augmenter les salaires, si je ne dis pas de connerie).

    Libérer le logement de la spéculation (comme on a voulu séparer les banques d’investissements des banques de dépôt ?), et instaurer un revenu de base, ne sont-ce pas des combats convergents ? Car, dans l’état actuel du marché du logement, je ne vois pas ce qui l’empêcherait d’absorber le revenu de base (par la hausse des loyers), et de ruiner l’utopie qu’il souhaite instaurer.

    Pardon si je n’ai rien compris, ça arrive !
    Un éventuel futur SDF.

    Répondre

  • D’existence revenue ! Mais qu’allait’il faire dans cette galère ! 23 juin 2014 10:19, par celui de l’autre jour sous l’arbre de la place Tiercerettes

    Personnellement & c’est mon grand défaut "je pense" que :

    - il n’est d’utopie que ce qui ne s’avale pas facilement donk nécessitant des hétérotopies comme Michel Foucault l’a traité en 67 avant notre bo botemps de changement de maitenants !

    - de plus il est tout à fait logique que le marché qui n’en est pas à sa première grimace nous appâte avec des "dragées FuKa" parce qu’"on"il faut tout changer" comme nous le proposera notre messianique Nicolas Sarkosie "revenu" !

    - sans oublier que nous recherchons, tout adulescents que nous sommes toujours, un baptême de purification de nôtre pêché originale d’"être né quelques-parts du côté de la cerise sur le gâteau", & que, cela nous pousse vers "la théorie fondamentale" de la bonne température "médiane du milieu" du côté "ambiant de la force" que recherche "systémiquementalement" l’autruche dans le sable des beaux quartiers, "oubliant & fort déplaisament que le plumage se rapporte toujours au ramage & le déplumage aux ramasses !"
    ***)A Annie Amicalement

    Répondre



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | Espace privé | nous contacter | SPIP | squelette par JLG |