TV BRUITS

Accueil > VIDEOS > VIDEOS DE TV BRUITS > Le silence de la mer

Le silence de la mer

mercredi 13 janvier 2010, par Annie

Attention : les films produits par Tv Bruits - et seulement ceux-ci - sont libres de droits pour diffusion dans un cadre non commercial et si nous en sommes avisés.

Du 12 au 20 novembre 2009, à Toulouse :

« Pillés là-bas, Chassés d’ici »

Le Nord place le Sud dans l’impasse

Le silence de la mer

Emmanuel Terray, anthropologue militant et fervent défenseur des « migrants illégaux » a ouvert ces quelques journées de rencontres (débats, lectures, témoignages, musiques...) sur le thème de l’immigration, en dénonçant la corruption des états responsables de l’immigration qui, en fermant les frontières et en prenant des mesures répressives ont permis l’émergence d’une nouvelle forme d’esclavagisme...

Directeur, entre 1984 et 1991, du Centre d’études africaines (EHESS-CNRS), et membre de la Ligue des Droits de l’Homme, il est l’auteur d’un texte dont le Monde a refusé la parution « 1942-2006 : réflexions sur un parallèle contesté », mais qui circule sur le net, et que l’on peut lire sur l’un des sites de la ligue des droits de l’homme ou sur celui de RESF.
Il est également l’auteur, avec Claire Rodier, juriste au Gisti (Groupe d’information et de soutien des immigrés) d’un livre intitulé ;

Immigration, fantasmes ou réalités, pour une alternative à la fermeture des frontières

Face aux fantasmes et aux mensonges, cet ouvrage a pour objectif de poser les bonnes questions, d’analyser les conséquences des politiques menées et de démonter les solutions hâtives, afin de montrer la réalité des situations et de susciter le débat. Il s’adresse aux personnes qui, bien qu’attachées au respect des droits de l’homme doutent, ébranlées par les discours sécuritaires ou économistes.

durée : 24 min

Laisser un message, un commentaire...

2 commentaires
  • ancien sans papier 22 février 2010 23:35, par omar

    je suis un ecrivain franco-algerien.j’ai publié une autobiographie sur la violence policiére et la vie d’un sans papier.mon histoire et ma biographie est celle de touts autre sans papier qui vit l’injustic de la justice et l’injustice d la police.je suis venue ic en france pour continuer mes etudes apres mon diplome j’ai renconter ma bien aimeé .le cauchemard à commencer quand j’ai voulu me marier.j’atais mentté comme un terroriste-frapé-expulser illico.en laissant ma femme anceinte de5mois.il m’ont dechiré en deux.là ma revanche j’ai ecris un livre en dnoncant la violence policiere et adminstraive .pour rendre hommage à ces centaines de milier de sans papiers.qui sont humiliés.

    Répondre

  • Le silence de la mer 20 novembre 2010 22:31, par Frédéric

    Drôle de monde où les marchandises et les entreprises voyagent sans entrave, mais pas les gens...Cela crée une économie mondiale basée sur la dénivellation des niveaux de monnaie. Résultat, une chaussure fabriquée en Inde pour 1€ est revendue ici 50€. A qui fera-t-on croire que l’"économie" n’est pas de la triche !? Allons, tout ça n’est pas sérieux ! J’adore son concept de "délocalisation sur place", il met en lumière la vraie nature des frontières aujourd’hui.

    Quel sens y-a-t-il à cette politique répressive ? Si l’Europe fait la guerre en Irak ou en Afghanistan, elle doit s’attendre à recevoir la visite des populations qu’elle bombarde. Les émigrants mettent-ils en danger l’assiette du pays où ils s’installent ? On a plutôt l’impression qu’ils le construisent, dans le BTP, et qu’ils compensent un déclin démographique.

    La politique d’expulsion a-t-elle un sens ? Regardons froidement les chiffres. On estime à 100.000 le nombre d’immigrants arrivant en France par an ; on en reconduit environ 20.000, avec les méthodes que l’on sait. Une expulsion coûte 20.000 euro, du « centre d’hébergement » (je mets les guillemets car on ne sait pas trop ce qu’il s’y passe) au prix de l’avion en passant par la mobilisation policière. Ça fait 400 millions d’euros par ans. On dévoie donc la police de son rôle citoyen, on mobilise 400 millions d’euros, on perquisitionne les maternelles, on violente les administrations rétives qui ont de la mémoire, pour extraire une goutte d’eau de la mer. Poudre aux yeux ! Monstrueux gaspillage à visée purement électorale ! Je suis POUR la régularisation des sans-papiers, et pour l’expulsion du président Sarkozy, qui ne respecte pas la constitution du pays qui l’a accueilli. Bien sûr, tout ça est compliqué, mais de toute façon, le fonctionnement actuel est trop hypocrite pour que quiconque qui veuille sincèrement le défendre ne soit en état de le faire.

    Intéressant, aussi, ce qu’il dit des causes de l’émigration : elles ne sont pas fondamentalement économiques, on ne quitte pas comme ça sa terre, mais suivent un événement dramatique.

    L’histoire des migrants actuels reste à filmer.. °°,

    Et comme tout ça est un peu court, j’ajoute le poignant TEMOIGNAGE du sociologue Suisse Jean Ziegler (1975), qui nous dit peut-être ce qu’est une frontière.

    "Une musique douce ruisselait comme une pluie fine le long des façades blanches de l’hôtel ; sous les lustres, à l’intérieur, un ambassadeur quelconque donnait une réception pour un homme d’affaires quelconque d’une nation d’Europe. Celui-ci levait son verre plein de champagne, saluant en termes posés la mission civilisatrice de l’occident au Congo. Collé à la fenêtre, je voyais mourir les enfants. Les Gurkhas, le dos tourné au bâtiment, imperturbables, se contentaient de frapper, de la crosse de leur fusil, les petites têtes qui, au prix de je ne sais quelle énergie, apparaissaient par intermittence au haut de la barricade. D’autres soldats, munis d’un simple poignard, se contentaient de détacher les enfants mourants pris dans les barbelés, démêlant leurs doigts, ouvrant leurs mains en faisant jouer, entre paume et index, la lame de leur couteau et rejetaient sur la piste les petits corps inertes. Je me suis juré que jamais plus je ne serais, même par accident, du côté des bourreaux."

    Répondre



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | Espace privé | nous contacter | SPIP | squelette par JLG |