TV BRUITS

Accueil > VIDEOS > EXTERIEUR A TV BRUITS > Télé-Liberté censuré par Numéricable !

Communiqué + vidéo

Télé-Liberté censuré par Numéricable !

samedi 18 avril 2009

Attention : les films de cette rubrique ne peuvent être reproduits ailleurs qu'avec l'autorisation de leur(s) auteur(s).

Le portail Medialternative.fr et les cinq sites qu’il héberge, dont Télé-liberté, ont été « effacés », selon les termes de son hébergeur (LWS) – soit désactivés, rendus inaccessibles, depuis lundi 16 mars à 15 heures.


C’est, semble-t-il, à la demande du PDG du Numéricable, Pierre Danon, que l’hébergeur (LWS) aura cédé aux menaces de poursuites en raison d’un film de Télé-liberté sur la grève de Numéricable. Pierre Danon s’est déjà distingué en faisant pression sur radio Nova, RFO et Rue 89 pour les mêmes motifs.

Il aura finalement réussi à intimider l’hébergeur de Medialternative.fr, LWS et obtenu, en moins d’une heure, la fermeture de l’ensemble des sites hébergés par ce portail.

(3’26")

Le film en litige est une interview d’un salarié-gréviste de Numéricable, victime d’une agression lors de l’occupation des bureaux du siège de cette entreprise : il est actuellement hospitalisé pour une triple fracture, après avoir été renversé sur le parking de l’entreprise par l’automobile dans laquelle se trouvait Pierre Danon, le PDG de Numéricable, qui tentait d’échapper à la confrontation que réclamaient les grévistes.

La direction de Numéricable ayant prétendu que ce salarié aurait fait « exprès » de se faire écraser la jambe, Télé-liberté a souhaité recueillir le témoignage de la victime. Ce salarié-gréviste, Patrick Bérol, a ainsi été interrogé par Télé-liberté sur son lit d’hopital.

L’avocat de Numéricable invoquerait une « jurisprudence constante » suivant laquelle « l’imputation de faits à caractère infractionnel, au détriment du principe supérieur de présomption d’innocence, et avant toute décision de justice définitive » serait diffamatoire. Ainsi une victime ne pourrait plus dénoncer l’agression qu’elle a subi avant que son agresseur ne soit condamné ?

Selon les diverses versions recueillies auprès de l’hébergeur, celui-ci aurait reçu un appel téléphonique du PDG de Numéricable – Pierre Danon –, ou bien d’une « police de l’internet »…

Ce qui est certain, c’est que Numéricable aura exercé d’ores et déjà des pouvoirs de super-police. Et que le contenu de cinq sites est toujours inaccessible depuis plus de 48 heures. Pour avoir déplu au patron de Numéricable…

L’association Télé-liberté exige le rétablissement immédiat de son site et de l’ensemble des sites hebergés sur le portail de Medialternative.fr. Nous dénonçons ces pratiques attentatoires à la liberté de la presse, particulièrement inquiétantes à la veille de l’adoption de la loi instituant l’Hadopi, la future police du net.

On voit ici comment, d’ores et déjà, la liberté d’expression sur le net peut être sérieusement malmenée.

Numéricable va-t-il imposer sa loi ?

Télé-liberté

Laisser un message, un commentaire...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Mentions légales | Espace privé | nous contacter | SPIP | squelette par JLG |